31 - 33 mois

Comment gérer la situation lorsque votre enfant préfère l’un des deux parents

Family sitting at a table eating breakfast and the young child is telling a man a secret
  • Facebook Icon
  • Twitter Icon
  • Pinterest Icon
  • Email Icon

À deux ans, les enfants développent souvent de fortes préférences pour toutes sortes de choses : vêtements, alimentation, jouets et oui… personnes. Dans un foyer où il y a deux parents, presque tous les enfants préfèrent l’un des deux à un moment donné. Bien que ce favoritisme soit courant, attendu et normal sur le plan du développement, il peut aussi être plutôt douloureux.

Chez un enfant, les préférences peuvent vite changer, mais parfois elles durent, même pendant des mois : peut-être que votre enfant ne veut être mis au lit que par un seul membre de sa famille ou il n’écoutera une histoire que si une personne particulière la lui lit.

Même s’il est difficile d’être rejeté, être le parent préféré peut aussi être un défi. Vous pouvez vous sentir étouffé, avoir l’impression que votre enfant a trop besoin de vous, qu’il s’accroche à vous… tout en vous prenant soin de ne pas faire trop de peine à votre partenaire.

Quel que soit le côté duquel vous vous trouvez, sachez que le favoritisme n’est qu’une phase qui finira par passer.

Voici comment gérer le favoritisme parental :

Essayez de ne pas le prendre personnellement

C’est compliqué : être rejeté est douloureux, et on peut facilement le prendre personnellement. En réalité, la plupart du temps, cela n’a rien de personnel. C’est un signe que votre enfant se sent assez en confiance dans votre relation pour expérimenter. «[Your child is] [Votre enfant est] assez sûr de l’amour que vous lui portez pour savoir qu’il peut vous mettre de côté et quand même recevoir votre affection lorsqu’il décidera de revenir vers vous, » explique Krista L. Swanson, Docteur, pédopsychologue au Centre de la petite enfance du Cedars-Sinai Medical Center.

Ne faites pas reposer le fardeau émotionnel sur votre enfant

On le sait, être rejeté est douloureux 🐝 😢. En vérité, à deux ans, votre enfant n’est pas encore tout à fait en mesure d’éprouver de l’empathie, et ne comprend pas à quel point ses paroles et ses actes peuvent blesser. Vous pouvez avoir envie de quitter la pièce en disant « tu me fais de la peine » lorsque votre enfant demande votre partenaire plutôt que vous. Gardez à l’esprit que comprendre et contrôler ses émotions est déjà une grande tâche pour lui, pas besoin de faire peser les vôtre en plus.

S’il est important pour vous de lui faire savoir qu’il vous a blessé, vous pouvez simplement dire « ce n’était pas agréable ». Quoi que vous fassiez ou que vous disiez, essayez de rester calme, présent et de ne rien laisser paraître.

Validez ses émotions, faites preuve d’empathie et rassurez-le

Lorsque votre enfant est contrarié parce qu’il voulait quelqu’un d’autre, dites-lui que vous comprenez son ressenti, même si c’est difficile. « Je sais que tu voulais que mamie s’assoie avec toi et que tu es déçu. Elle reviendra plus tard, et en attendant, je vais rester avec toi. »

Sachez quand passer à autre chose

Même s’il est bénéfique d’établir des limites fermes, céder un peu permet de relâcher la tension et de faciliter la vie de tout le monde. Si votre enfant de deux ans demande que votre partenaire fasse quelque chose plutôt que vous, ce qui peut arriver, pensez à aller dans son sens. Vous ne créez pas de mauvaises habitudes pour autant, et vous pouvez réessayer de faire cette activité avec lui le lendemain pour voir si votre enfant est plus réceptif.

Prévoyez des moments en tête-à-tête avec chaque adulte

Si vous en avez le temps, faite en sorte que votre enfant passe du temps seul avec chaque parent, cela profite à tout le monde. Si votre enfant ne veut passer du temps qu’avec un adulte, essayez d’organiser volontairement un moment seul avec l’autre : « Je vais faire quelques courses, pendant ce temps, tu peux passer un moment avec Jina. J’ai sorti quelques-uns de tes livres préférés pour que vous les lisiez ensemble. »

Soyez patient

Ce comportement changera, s’arrêtera, recommencera et prendra différentes formes au fur et à mesure que votre enfant grandira. Pour l’instant, la meilleure façon de surmonter la crise est d’être patient et présent pour votre enfant lorsqu’il passe par de nouvelles phases, même si elles ne sont pas toujours agréables pour vous. Ce n’est que temporaire.

Share

  • Facebook Icon
  • Twitter Icon
  • Pinterest Icon
  • Email Icon

Author

Team Lovevery Avatar

Team Lovevery

Visit site

Posted in: 31 - 33 mois, Créer du lien, Socio-émotionnel, Développement de l'enfant

Keep reading